Le Roquestor, le magazine du village de Roquetoire

Le bénévole de la semaine

ImprimerEnvoyer

 Fidèle à l'ES Roquetoire

alt

 

Sa licence de dirigeant est toute récente, parce que son corps, sa santé, ont dit stop et que le médecin ne veut plus signer celle du joueur. À presque 58 ans, Jean-Marie Bruge a dû se résoudre à laisser ses copains de l'équipe E.

Ce maillot rouge et blanc, il l'a enfilé pour la première fois en 1968, comme cadet. « Le club existait depuis trois ans et il n'y avait pas de jeunes. J'ai attendu. » C'était l'Ufolep, le balbutiement du football dans les villages. L'ES Roquetoire avait trouvé un solide défenseur et un ardent bénévole. Qui devint trésorier, en 1992, puis président de 1998 à l'an dernier.

Depuis, il n'est « plus rien », comprenez, « il n'a plus de poste officiel ». Mais l'homme est disponible et n'est jamais très longtemps loin du stade. « J'aide à tracer les terrains, je répare les problèmes électriques. » Presque rien, du bricolage, qu'il faut ajouter à la préparation des fêtes, aux coups de main accordés çà et là. « Depuis que je suis retraité, j'ai l'impression de travailler bien plus », s'amuse-t-il.

Éducateur, entraîneur, voilà un poste qu'il n'a jamais occupé. Étonnant, car à son arrivée à la présidence, il a mis en avant ses deux dogmes, la formation des jeunes et le fair-play. L'ESR est fière, sous son influence, de pouvoir compter sur des équipes à tous les niveaux, « même si parfois, il y a des ententes, car les jeunes veulent goûter à tous les sports. » En 2009, les U19 remportaient la coupe de Côte d'Opale. Chaque année, le club roquestorien est distingué au challenge du fair-play. Deux équipes viennent d'être distinguées cette saison. Pourtant, à l'image de l'équipe de France, il admet qu'il faut avoir une sacrée dose de psychologie pour gérer les caractères. « La discipline, c'est compliqué, mais pas question de laisser faire, de laisser faire, de marcher sur le travail des bénévoles.

 » Sa bonhomie, ses quarante-quatre licences, font plus que les coups de gueules.  •  BRUNO DELANNOY