Le Roquestor, le magazine du village de Roquetoire

Je suis Charlie

ImprimerEnvoyer

alt

 

Je ne vous cache pas que je me suis posé la question de savoir si on maintenait ou non cette cérémonie. En raison des événements de ces derniers jours bien sûr.

Finalement, j’ai décidé de la maintenir car il ne faut pas que la vie s’arrête, car cette manifestation s’inscrit dans la vie démocratique de nos institutions. La supprimer c’était donner raison aux assassins, leur laisser croire que les fous de Dieu peuvent tout arrêter avec leur kalachnikof.

 

La caricature fait partie d’une longue tradition française et elle s’inscrit dans l’histoire car son essor a accompagné le développement de la République.

On veut nous interdire de rire ? C’est ça ?

Ceux qui sont morts mercredi sont des êtres de liberté.

C’est la liberté d’expression qu’on a voulu assassiner. Même si certains d’entre nous n’étaient pas toujours d’accord avec cette forme d’humour, c’est la grandeur de la France que de laisser les caricaturistes s’exprimer.

J’ai personnellement une dette vis-à-vis de cette forme d’expression. J’appartiens à cette génération qui a vu naître Hara-Kiri. Disparaître puis revenir sous le nom de Charlie-Hebdo.

Wolinski et Cabu ont fait partie de mes lectures d’étudiant.

Bernard Maris, je l’écoutais sur France-Inter chaque semaine et je lisais parfois ses chroniques signées Oncle Bernard dans « Charlie-Hebdo ».

En leur mémoire, en mémoire de toutes les victimes, je vous invite à respecter une minute de silence.

alt