Le Roquestor, le magazine du village de Roquetoire

Discours des voeux

ImprimerEnvoyer

 

Au départ, je voulais démarrer par cette citation de Malala Yousafzai :

« Prenons nos cahiers et nos crayons, ce sont nos armes les plus puissantes ».

(Malala Yousafzai.)

Prix Nobel de la Paix 2014.

(cette jeune pakistanaise victime en 2012 d’une tentative d’assassinat par les talibans au Pakistan. Pourquoi voulaient-ils assassiner cette gamine qui avait 15 ans à l’époque ? Parce qu’elle était célèbre pour s’être opposée à la politique des talibans qui voulaient interdire la scolarisation des filles dans la zone qu’ils contrôlaient).

Aujourd’hui, cette citation s’impose encore même si elle prend une autre signification.

J’ai souvent eu cette discussion dans ma jeunesse au sujet de la Résistance aux nazis. Quand on a 20 ans, longtemps après la guerre, une fois la paix revenue, c’est facile de choisir le bon camp et de dire que si on avait été en situation on aurait choisi le camp des résistants. Aujourd’hui, c’est une nouvelle forme de fascisme qui vient chez nous, d’autant plus tragique qu’il risque d’entraîner certains d’entre nous vers les chemins tortueux du racisme, de l’intolérance et de l’amalgame. Ne soyons pas stupides ! Ne nous trompons pas d’adversaire ! Méfions-nous de la tentation totalitaire ! Certaines échéances approchent où il nous faudra renoncer aux aventures personnelles et choisir l’intérêt collectif. Car les situations de crise radicalisent les choix.

Je remercie Jacques, les adjoints et les conseillers municipaux pour leurs vœux.

A mon tour, je leur souhaite – et je vous souhaite – une excellente année 2015.

Je remercie les adjoints, les conseillers municipaux, les membres du CCAS et du Comité des Fêtes et le personnel communal pour leur implication au service de l’intérêt général.

Je remercie Stéphane pour la réalisation du diaporama.

Comme le veut le protocole, je tiens à saluer spécialement

Monsieur Michel Lefait, notre député, qui est également vice-président du Conseil Général, qui va nous rejoindre dans quelques minutes,

Monsieur le Conseiller Général, Jean-Claude Dissaux, qui est là également en qualité de maire d’Aire-sur-la-Lys et de président de la CCPA,

Messieurs les maires des communes voisines :

Quiestède,

Racquinghem,

Wittes,

Heuringhem,

Campagne les Wardrecques.

Je dois excuser Monsieur Jean-Claude Leroy, sénateur, M. Bertrand Petit, président du SMLA et plusieurs maires retenus par des engagements antérieurs, ainsi que M. Gallois, notre receveur municipal.

Je voudrais saluer également chacun d’entre vous en vos qualités respectives.

Jacques vient de vous le dire : 2014 a plutôt été une année de transition mais il y a néanmoins beaucoup de choses à dire. C’était une année de transition mais c’était aussi une année électorale. Et si je suis toujours là : beaucoup d’entre vous m’y ont aidé. Merci encore. Merci à « Roquetoire pour tous ».

Je dis souvent que j’essaie de travailler en bonne intelligence avec tout le monde. Et je dois reconnaître que depuis mars 2014 j’ai un conseil municipal avec qui j’ai le sentiment de travailler en bonne intelligence.

Le diaporama qui vient de vous être présenté résume les principaux événements de l’année, en particulier les principaux investissements.

I – Le fonctionnement de la commune.

Mais je voudrais vous parler d’abord du fonctionnement quotidien de la commune.

C’est important le fonctionnement d’une commune, ça touche à notre vie quotidienne. C’est l’école, c’est la mairie, c’est l’entretien de la voirie et des bâtiments communaux. Et les bâtiments communaux c’est pas rien. Outre la mairie et le groupe scolaire, c’est aussi la bibliothèque, la halte-garderie, la salle des sports, les salles de danse, la salle des fêtes, l’école de musique, la maison Fontaine, les ateliers, etc … L’église aussi appartient à la commune.

J’ai longtemps comparé le budget annuel de la commune au salaire mensuel de certains footballeurs. J’arrête. On ne supporte plus la comparaison. Notre budget plafonne. Les salaires de certains footballeurs professionnels s’envolent.

Nous avons la fiscalité la plus basse des 5 communes de la CCPA. Je n’insisterai pas. Nous avons certes procédé à une mise à niveau mais nous sommes toujours en dessous, les plus bas pour chacune des quatre taxes. Ce qui nous oblige à une gestion prudente. D’ailleurs la part communale des impôts locaux n’a pas bougé en 2013 ni en 2014, faut-il le rappeler.

Vous l’avez sans doute lu dans la presse : les dotations de l’Etat aux communes vont diminuer. A nous de continuer à être rigoureux dans la gestion des charges, à être vigilant en matière de dépenses de personnel. C’est pourquoi nous continuerons à employer des contrats aidés, financés par l’Etat à hauteur de 70 %, voire 90 % selon les cas. Nous continuons à ne pas organiser de feu d’artifice le 14 juillet, à limiter l’éclairage public à son niveau actuel, à ne pas augmenter la dépense des illuminations de Noël.

Nous avons engagé un rigoureux programme d’économies d’énergie avec la chaudière au bois de l’école, avec les travaux d’isolation de la salle des fêtes. Nous allons poursuivre cet effort. Nous sollicitons l’agence d’urbanisme de la région de Saint-Omer pour travailler sur un ambitieux programme de haute qualité environnementale.

Je rends hommage aussi à ceux qui ont à subir ma présence au quotidien : en premier lieu à Mme Trupin, Mme Happiette et à M. Hanquez à qui j’ai confié la délicate mission de diriger le Centre de Loisirs.

Enfin, je voudrais rendre hommage aussi aux dames qui travaillent à l’école (cantine, garderie, bus, entretien des bâtiments communaux) et dont la présence est également indispensable au bon fonctionnement du Centre de Loisirs. Merci donc à elles.

Merci aussi aux agents des services techniques que Clément a rejoints en cours d’année et merci aussi à Bernadette qui a su se rendre indispensable. Qui ont beaucoup à faire avec nos 25 kms de voirie et une grande quantité de travaux en régie.

A – L’école.

Les services périscolaires sont importants : garderie matin et soir, cantine, transport scolaire. Nous avons trouvé la bonne formule pour le ramassage scolaire avec la location d’un bus. C’est une bonne formule mais c’est une formule coûteuse. Si le Conseil Général pouvait nous aider, son soutien serait le bienvenu. La cantine connaît un succès remarquable : certains jours, nous dépassons désormais la centaine d’enfants.

Nous sommes revenus à la semaine de quatre jours et demi à la rentrée 2014. Nous avons bien préparé cette échéance avec les autres communes de la CCPA, mais aussi avec des représentants des parents et des enseignants. L’IDEN s’était même associé à cette préparation. Cela se traduit par des activités périscolaires plus importantes : garderie, y compris le mercredi midi, ramassage scolaire le mercredi aussi. On a droit au financement promis par l’Etat.

Un grand merci à Marie-Françoise qui s’est remarquablement investie, avec l’aide de Julie, merci aussi aux intervenants extérieurs, aux responsables d’associations, à Clément et Bernadette qui interviennent là aussi.

Côté cantine, nous avons mis en place un troisième service le midi, ce qui permet de faire manger seuls les enfants de maternelle qui sont ainsi mieux encadrés.

Nous nous sommes aussi donné les moyens de renforcer l’animation le midi avant et après la cantine.

On a 215 enfants inscrits, malgré le départ de 34 élèves en 6ème.

La mise en place des rythmes scolaires est un succès avec une participation de près de 100 % des élèves. Les activités ont lieu le mardi et le vendredi de 15 H 15 à 16 H 45. L’horaire de sortie est le même tous les jours. Le transport scolaire a lieu à la même heure de manière à ne perturber ni les enfants ni les parents.

Les activités sont très variées. Les enfants peuvent toucher à tout : football, badminton, tennis de table, jardinage, hip hop, danse moderne, théâtre, etc.

Le tout … gratuitement.

Je voudrais remercier ici les enseignants qui nous aident, avec les anciens combattants, à faire passer le message aux jeunes générations au sujet du devoir de mémoire. C’est toujours une grande émotion pour moi de voir autant d’enfants participer aux cérémonies du 8 mai ou du 11 novembre. Je sais que les anciens combattants apprécient beaucoup. Et 2014 a vu la commémoration du centenaire du début de la 1GM avec 3 expositions, dont une organisée par le Comité d’Histoire dont je salue les membres.

B – Le centre aéré.

Vous savez que le centre aéré est communal depuis 2011. Nous avons continué en 2014 avec Stéphane au poste de directeur avec la collaboration de l’UFCV toujours dans le cadre d’un contrat enfance jeunesse passé avec la CAF. La subvention de la CAF nous permet de nous en sortir financièrement, tout en pratiquant des tarifs très modérés. Nous avons quand même eu près de 200 inscrits sur les 5 semaines du centre aéré estival. A la demande générale et en accord avec la CAF, nous avons continué à organiser aussi un centre aéré lors des petites vacances : une semaine en février, une semaine aux vacances de printemps, une semaine aux vacances de Toussaint.

Et comme nous avons l’habitude de ne pas nous endormir sur nos lauriers, nous continuerons en 2015 à tenter d’améliorer la qualité du service rendu.

C – La voirie et les espaces verts.

Jacques vous en a parlé. Nous avons un gros handicap à Roquetoire : c’est la longueur de la voirie communale à entretenir. 25 kms qui s’ajoutent aux 15 kms de voies départementales. Depuis six ans, nos interventions s’accompagnent souvent d’une amélioration de l’assainissement pluvial. Cette année, les interventions ont été dispersées sur tout le territoire : impasse des Champs, rue de Ligne, rue de Camberny, rue Saint-Michel. Un effort particulier a été porté sur le curage des fossés. Je dois remercier André, l’entreprise Jovenin et les hommes des services techniques dont j’apprécie la précieuse collaboration.

Nous avons complété l’équipement en radars pédagogiques : rue de Mametz et rue de Warnes. Mais je crois qu’en la matière rien ne vaut la peur du gendarme.

Enfin, l’achat d’un petit tracteur et d’une petite remorque est venu compléter l’équipement des services techniques.

D. La vie associative et le Comité des Fêtes.

On me dit souvent qu’il se passe toujours quelque chose à Roquetoire.

Je ne m’étendrai pas sur les nombreuses manifestations de nos associations qui en général travaillent en bonne intelligence avec la commune. Cette année, nous avons intégré les photos qui les concernent au diaporama général. Pour ceux que ça intéresse : de nombreuses photos sont mises en ligne sur le site de la commune.

Je voudrais souligner ici le rôle du Comité des Fêtes qui organise plusieurs manifestations chaque année. 2014 a vu un beau Téléthon avec l’aide de plusieurs associations. La remise du chèque aura lieu tout à l’heure. Merci à Stéphanie pour le travail accompli. Merci à Patricia qui a pris le relais avec le dynamisme qu’on lui connaît.

Je vous donne rendez-vous sur le site de la commune pour plus d’informations sur les différents sujets que je viens d’aborder. Et dans le prochain Roquestor qui devrait sortir dans quelques jours.

Le discours des vœux est aussi l’occasion de livrer des chiffres.

  • L’INSEE a publié récemment les chiffres officiels du dernier recensement : avec 1 895 habitants en 2012, nous connaissons une hausse de 8,97 % par rapport à 2007, la plus forte hausse des communes de la CCPA, quasiment à égalité avec Rebecques (8,92), mieux que Mametz et Ecques.

  • Le nombre de naissances en 2014  : 29 ;

  • 10 mariages ;

  • 15 décès.

Je ne vous cache pas ma satisfaction de voir que mon appel de l’an dernier a été entendu. C’est vrai qu’on extrapole toujours. On espère un effectif de classe chaque année. Car on sait que c’est plus facile de fermer une classe que d’en ouvrir une. Là c’est bon : on peut entrevoir l’avenir avec sérénité. Comme en plus, le rythme des constructions semble bien reparti. Vous voyez qu’on n’a pas besoin de faire de lotissement pour connaître une croissance régulière.

II – Les investissements de l’année 2014.

A – Le groupe scolaire.

Après son inauguration en 2010, il continue à faire l’objet de soins attentifs de notre part. Jacques vous en a parlé et a rappelé le rôle important de Marie-Françoise, toujours très présente auprès des enseignants, des élèves et du personnel.

La chaufferie au bois continue de susciter la curiosité. Une visite d’élus du Parc Naturel des Deux Caps a eu lieu fin 2014.

La classe de M. Mahieu a été équipée de mobilier neuf.

Deux nouveaux TBI ont été installés dans les classes de Madame Godin et Madame Bruge.

Les ordinateurs de la salle informatique ont fait l’objet d’une maintenance soutenue par Grégory. Merci à lui.

On a 215 enfants inscrits, malgré le départ de 34 élèves en 6ème.

On a le renfort d’une ATSEM en 2015 avec Emilie. C’est le décès de Ghislaine qui nous offre malheureusement cette opportunité. On supprime un poste de CDI qu’on remplace par un poste de titulaire, pourvu par quelqu’un qui a le CAP petite enfance et qui a réussi le concours.

B – Ces petits travaux qui améliorent la vie quotidienne.

Nos hommes ont amélioré l’accès à l’église. Plus de marche. Les personnes handicapées peuvent y accéder facilement. La croix du nouveau cimetière a été repeinte.

Le fleurissement de la commune fait partie des grosses satisfactions de l’année. Nous participons à l’opération « Fleurir le Pas-de-Calais » et nous avons obtenu un bouquet de bronze. Merci à Daniel pour son investissement sur ce dossier comme sur celui des maisons fleuries. Bravo à Martine et Gérard qui ont participé au concours départemental.

Je ne reviendrai pas sur les travaux de voirie dont Jacques vous a déjà parlé.

C – La bibliothèque.

La bibliothèque a été inaugurée début juillet. Son mobilier, financé en bonne partie par le Conseil Général, a été installé en début d’année. Nous attendons encore l’équipement informatique avant de travailler à la mise en réseau.

Elle n’a pas encore de nom. Jacques a raison. Peut-être que les événements récents emporteront les dernières hésitations : Cabu, Wolinski ou Charb ? C’est à creuser.

J’en profite pour remercier les bénévoles qui ont accompagné le démarrage de la nouvelle bibliothèque autour de Marie-Françoise. Nous avons signé une convention avec le Conseil Général. Le Conseil Général a financé 25 % du coût de construction et 50 % de l’achat de mobilier. Et nous procéderons bientôt à l’informatisation du fichier avec l’aide de la CCPA. Et le Conseil Général continuera à financer l’achat de livres. Enfin, nous renouvelons en 2015 l’opération « Lectures communes ».

D – Les anciens locaux de la bibliothèque pourront accueillir la Maison des Services Publics. Le Pas-de-Calais est département-pilote sur cette opération et Roquetoire fait partie des quelques communes qui se sont portées candidates. La CAF a déjà installé une borne interactive. Là aussi, c’est la CCPA qui porte le projet. Mais on nous a demandé de ne pas aller trop vite ; le réseau des Maisons des Services Publics s’appuiera sur le réseau de La Poste.

C’est ce qui explique pourquoi la façade de la mairie a été repeinte, mais pas celle de la future Maison des Services Publics.

E – Salle des Fêtes.

L’isolation de la salle des fêtes a été grandement améliorée grâce aux travaux réalisés. On le voit déjà sur les factures de fuel.

Je ne vous l’ai pas encore dit mais j’ai une marotte : quasiment tous les mois, je vérifie la consommation des crédits : vous savez, c’est ce qu’on dépense par rapport aux prévisions. Je peux vous le dire : ça baisse sensiblement d’une année sur l’autre. Moins de dépenses de chauffage, c’est plus d’argent pour l’école et la voirie.

Merci à Hélène à qui j’ai confié la gestion de la salle des fêtes, un dossier délicat qu’elle sait gérer avec doigté.

III – Les dossiers en cours.

A – Rue de Mametz.

Dans le cadre de l’amélioration de la sécurité routière, nous avions monté un dossier pour sécuriser l’entrée de la commune côté Mametz. Aujourd’hui, je puis vous annoncer que notre candidature a été retenue et que l’objectif est d’aménager la totalité de la rue de Mametz afin de terminer ce qui avait été commencé il y a quelques années.

En clair, ça veut dire que le Conseil Général refait la chaussée et finance à 50 % les aménagements de trottoirs et d’assainissement pluvial. Les travaux doivent commencer cet été. On a même l’avis favorable de la DREAL pour toucher au pont sur la Liauwette, avant le Rupreau.

Une tranche en 2015, l’autre en 2016. En 2015, du Rupreau jusqu’à la sortie vers Mametz. En 2016, de l’école jusqu’à la rue Blondel.

B – Rue du Moulin.

Nous avons obtenu sur ce dossier un financement du Conseil Général et une réserve parlementaire. Le but c’est d’améliorer l’assainissement pluvial dans la partie haute parce que c’est une chaussée qui passe une partie de l’année sous l’eau.

C– Agrandissement du parking de l’école.

Nous avons signé une convention avec l’EPF afin d’acquérir la ferme May. Ce qui nous permettra à terme d’agrandir le parking de l’école tout en préservant la chapelle et le tilleul qui s’y trouvent.

L’objectif c’est aussi d’y aménager un citystade avec la CCPA. L’avantage : la proximité de l’école qui bénéficierait ainsi d’un terrain de sports à demeure.

D – Les projets de la CCPA.

La salle des fêtes de Quiestède a été inaugurée en 2014. C’est une réussite.

Je crois savoir que les travaux de la nouvelle piscine communautaire sont commencés. Son financement semble en tout cas assuré, contrairement à ce que certains prédisaient.

Nous avons obtenu le label village-patrimoine. Notre projet c’est de mettre en valeur les atouts de notre territoire : l’église, le château, le blockhaus, les chapelles, les voyettes, les anciennes fermes en briques, nos chemins de randonnée. Tout ce qui va dans le sens de cette connaissance du passé est encouragé : nous participons aux journées du patrimoine, un comité d’histoire s’est créé. L’ouvrage de Florent encourage nos habitants à connaître l’histoire locale.

D – La fontaine Saint-Michel.

Les travaux que j’annonçais l’an dernier sont terminés.

Comme le disait Jacques tout à l’heure, reste à valoriser le site et à le verdir.

E – Défense contre l’incendie.

Des travaux de renforcement sont réalisés régulièrement par le syndicat des eaux.

Un dossier sera monté afin de renforcer notre équipement en citernes souples avec l’aide de l’Etat et sans doute de la réserve parlementaire.


Nous nous sommes rapprochés du service départemental d’incendie et de secours pour améliorer l’état du réseau et être plus réactifs en cas d’incendie.

B – Ceux qui sont en chantier pour après.

1 – Le projet de MARPA.

Le projet suit son cours.

Le CCAS met en vente une pâture rue de Ligne dans laquelle il est possible d’aménager 4 parcelles. Avec le produit de la vente nous pourrons acquérir la parcelle destinée à accueillir la MARPA.

Les travaux seront ensuite conduits par une association qui reste à constituer. De sorte que la commune n’engagerait pas de fonds. La MSA nous accompagne dans cette démarche.

J’ai rencontré Maître Grelat vendredi. Je réunirai le CCAS pour décider du prix des parcelles.

2 – La renumérotation.

Le Conseil Municipal a décidé de passer toutes nos rues à la numérotation métrique.

Ce à compter du 1er juillet. Nous avons donc 6 mois pour nous y préparer. Nous sommes accompagnés sur ce projet par La Poste. Et André a déjà programmé le mesurage précis des voies. Je le remercie pour son implication.

Nous en profitons pour rebaptiser la rue de Warnes d’Amont qui devient rue de La Fontaine Paillard, ce pour des raisons de sécurité. Pompiers et services de secours ayant trop souvent la fâcheuse habitude de confondre rue de Warnes et rue de Warnes d’Amont.

3 – Le très haut débit.

Il existe un internet des villes et un internet des champs.

Les départements du Nord et du Pas-de-Calais ainsi que le Conseil régional ont décidé de mettre en œuvre une politique volontariste de déploiement du très haut débit (THD) par la fibre optique dans les zones non couvertes par les opérateurs privés.

 Un schéma directeur régional d’aménagement numérique (SDAN) du territoire a été adopté début 2013 par les trois collectivités. Huit mégas est le débit minimum que le Syndicat souhaite à l’échéance 2019.

Il est important de préciser que la fibre optique apporte une égalité de traitement sur l'ensemble du territoire.


Ainsi une habitation dans Ligne pourra prétendre aux mêmes débits qu'une habitation au centre de Lille.


Ainsi, selon les offres, la vitesse sera multipliée entre 100 et 1000 par rapport aux débits actuels sur Ligne et Warnes.

Selon la mission THD, 1€ investi correspond à 6€ d’impact sur le PIB. 

10% de taux de pénétration supplémentaire correspondent à 1% d’augmentation du PIB.

IV – La réforme territoriale et la conjoncture politique.

Je ne peux pas ne pas vous parler de la réforme territoriale.

Avec l’AMRF, je fais partie de ceux qui s’insurgent contre le sort réservé aux communes rurales.

Je vous ai déjà dans le passé donné mon sentiment sur le redécoupage des cantons. Je n’y reviendrai pas tant c’est une connerie qui saute aux yeux de tous !

Je voudrai seulement vous dire ceci :

1 – Les maires ruraux en ont marre d’être les laissés pour compte de la réforme territoriale.

2 – Comment comprendre qu’un habitant dans le rural vaille 64 € contre 128 € dans l’urbain ? Je vous parle là du mode de calcul de la DGF.

3 – On en a marre d’être comparés aux Länder allemands ou aux provinces espagnoles. Chaque pays a son histoire. Ceux qui veulent la fin des petites communes ne connaissent pas leur histoire. La commune est la cellule de base de notre démocratie.

En Allemagne, les autorités recréent des communes parce qu’elles ont constaté un déficit de proximité.

4 – Nous disons non à l’évaporation de la commune dans l’intercommunalité, non à la dissolution du Conseil Général dans la Région.

Le projet de loi fixe à 20.000 habitants le seuil des intercommunalités. C’est un non-sens et ça va conduire à des regroupements sans queue ni tête. La dernière réforme, c’était 5.000. Cette fois, ce serait 20.000. La prochaine, pourquoi pas 50.000 ? Faut arrêter !!!

5 – Tout est fait pour les métropoles. 50 députés viennent de lancer un appel aux élites de notre pays qui méprisent trop souvent la ruralité.

La France est le dernier grand Etat occidental rural. C’est dans notre ADN, vous n’y pourrez rien, M.M. les technocrates !

Dans ce contexte certains s’entêtent dans des choix discutables. Laissez-moi vous dire qu’ils sont dans l’erreur ! Avec ce qui vient de se passer à Paris, j’ai très peur de la réaction d’une partie de la population qui risque de se réfugier dans un vote extrême. Dans ce contexte, se désunir, c’est offrir un boulevard au Front National !

Chercher à comprendre, c’est commencer à désobéir, disais-je l’an dernier. Je ne cherche plus à comprendre. J’ai compris. Je désobéis et je ne me tairai pas !!!

***

En terminant mon propos, je voudrais avoir une pensée pour ceux qui souffrent, pour ceux qui sont en situation de handicap, pour ceux qui ont perdu un être cher, pour ceux qui connaissent des difficultés dans leur recherche d’emploi, pour ceux qui perdent leur emploi, pour les salariés du premier employeur de notre bassin d’emploi pour qui brille désormais une lueur d’espoir …

J’aurai spécialement une pensée pour l’abbé Réant qui nous a quittés en 2014. Et pour Ghislaine dont le départ trop rapide a affecté le personnel communal dont elle faisait partie.

J’ai déjà remercié beaucoup de monde. Je voudrais aussi remercier pour tout ce qu’ils font à longueur d’année :

  • Les bénévoles de la bibliothèque ;

  • Les bénévoles du comité des fêtes ;

  • Les gens qui participent aux Voisinades ;

  • Ceux qui contribuent au fleurissement du village ;

  • Les membres du CCAS ;

  • Les animateurs du Centre de Loisirs ;

  • Et bien sûr Mylène pour la patience dont elle fait preuve. Merci pour tout.

 

Je voudrais encourager celles et ceux qui ont le courage de gérer des associations ou l’audace de lancer de nouvelles associations.

 

Sans vous tous, Roquetoire ne serait pas Roquetoire. Alors, merci de m’aider à faire de Roquetoire un village qui bouge.

A vous tous, amis, élus, responsables d’associations, employés communaux, citoyens, je souhaite une excellente année 2015.

NOUS SOMMES CHARLIE.

alt


Haut de page">Haut de page