Inauguration de la voie verte et des chemins de randonnée de la CCPA

ImprimerEnvoyer

La voilà enfin cette fameuse inauguration !

On aurait pu faire cavalier seul et inaugurer notre voie verte dans notre coin. Eh bien non ! On a préféré la jouer collectif !

Pour nous, ce qui n’était au départ que la volonté de relier un hameau – Cochendal – au cœur du village par ce qu’on appelle une voie douce ou une voie verte, en fait la transformation d’un bon vieux chemin vicinal, difficilement praticable, cette volonté d’une liaison douce est devenue au fil du temps le symbole d’une autre façon de gérer une collectivité.

-      Partir du souhait des habitants. Les habitants de Cochendal souhaitaient pouvoir se rendre à pied ou à vélo jusqu’à la place sans courir le risque d’être frôlés, voire renversés par un camion ou une voiture le long de cette fameuse RD 195 ;

-      Assurer cette liaison dans une logique de développement durable. Permettre aux piétons, aux cyclistes, aux voitures d’enfants, aux handicapés, aux cavaliers, aux écoliers aussi d’atteindre le cœur de village en toute sécurité.

-      Ce chemin, c’est la Creuse Gabriel. Les anciens roquestoriens se souviennent que ce chemin avait un passage encaissé, d’où son nom de Creuse, qui a servi pendant quelques années de décharge publique, de « trou à fouffes ». Il y avait la même chose aux Bruyères à Racquinghem.

-      Alors, le symbole est trop fort ! Faire de ce qui était le type même d’aberration écologique – jeter nos déchets dans la nature – un mode de développement doux. C’est l’exemple même de ce que nous voulons voir développer à Roquetoire. Et nous nous  réjouissons de voir la CCPA nous emboîter le pas et venir financièrement compléter l’effort que nous avons engagé en 2008.

Roquetoire, un village qui bouge, c’est ça aussi !

Alors, cette voie verte, nous voulons la compléter, lui permettre de faire la jonction entre Cochendal et la place. Pas seulement depuis la chapelle Saint-Amour. C’est désormais possible grâce au pont de bois posé grâce à la CCPA.

Il faut   remercier M. Lenoir qui nous a laissé gratuitement utiliser une partie de son terrain pour faire la jonction vers le chemin de remembrement.

Il faut remercier également M. Patrick Bruge, conseiller municipal, qui nous a permis de mener à bien cette opération grâce à sa connaissance du terrain. Grâce à qui aussi on va pouvoir mettre une touche finale à ce chemin entre le pont de bois et le cœur du hameau de Cochendal.

Il faut remercier les employés communaux qui ont permis la réalisation matérielle de cette opération au moindre coût.

Il est important que nous prenions conscience que notre patrimoine est une richesse, que nos atouts sont là, dans ce qu’on ne voit plus : nos églises de campagne, nos petites fermes en briques, nos chemins de terre, nos saules têtards, nos petites chapelles, la Fontaine Saint-Michel, nos petits cours d’eau. Merci au passage à la Voix du Nord pour cet excellent article consacré au chemin des Héringaux.

Levons la tête, prenons le temps de vivre et d’apprécier ce petit coin de paradis.

C’est vrai que nous devons tout faire pour assurer le développement économique de notre secteur. Mais pour autant nous ne devons pas tout lui sacrifier. Aussi, quand on entend certains élus  dire : « tu mets bitume et béton, comme cha t’es pont emmerdé à tondre », nous disons « non ! ». Cette herbe à tondre, cette haie à tailler, c’est ça peut-être qui va retenir le chaland, faire ralentir le cyclotouriste. Ce piéton, ce cycliste, cet automobiliste s’arrêtera peut-être ensuite à la boulangerie ou au café du village …

Alors, oui ! Développons nos chemins de randonnée, aménageons-les, veillons à la sécurité de nos cyclistes.

A notre demande, le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement) va étudier la possibilité de réaliser des cheminements piétonniers le long des routes départementales. Le but est que  cyclistes et piétons soient en sécurité le long de ces routes. On a déjà commencé à faire des choses par nous-mêmes. Mais là, nous voulons  vraiment qu’on concilie la sécurité des piétons, l’aménagement de la chaussée pour inciter les véhicules à moteur à ralentir et le verdissement des accotements. Nous ne voulons pas du tout bitume-béton !

On va déjà résorber deux points noirs : l’entrée par Quiestède sur la RD 195 et l’entrée par Mametz sur la RD 197. INGEO travaille dessus. C’est long certes, mais « la procédure c’est le temps de la démocratie ». Et dans la foulée, on va également sécuriser le virage sur la RD 195 où est située la statue de la Vierge de Saint-Amour.

Et ces cheminements piétonniers figureront dans le PLU. Encore un peu de patience et demain Roquetoire ressemblera vraiment à ce qu’il aurait toujours dû être : un village rural qui vit avec son temps !

Un village qui veut concilier :

-      Très Haut Débit et chemins de randonnée ;

-      Développement économique et préservation de l’environnement ;

-      Sécurité routière et développement de l’attractivité commerciale.

Parce que, Mesdames et Messieurs les randonneurs, le mouvement se prouve en marchant !