Chaufferie au bois

ImprimerEnvoyer

  Initialement, il était prévu que le groupe scolaire soit chauffé au gaz propane. Devant le coût prohibitif du gaz et le danger potentiel qu’il présente, la nouvelle municipalité a étudié la possibilité d’adopter un autre système, s’orientant ainsi vers un choix marqué du sceau du développement durable : le choix d’énergies renouvelables et non polluantes. C’est aussi une démarche « AGENDA 21 ».

  Utilement conseillés par  l’association A PETIT PAS et LA MAISON DU BOIS, nous avons donc engagé une réflexion sur la faisabilité d’une chaufferie automatique au bois.

    Daniel Deniselle, rentrant de vacances en Charente Maritime - où il avait visité une installation qui donnait satisfaction - nous a confortés dans notre cheminement.

    Avec Jean Marie Briche nous avons parcouru de nombreux kilomètres afin de  visiter des installations identiques (Outreau, Hardelot (le château), Ecoivres, Holnont dans l’Aisne etc… Toutes donnent  satisfaction aux utilisateurs.

     Nous avons vu au travail des machines énormes capables de réduire en plaquettes un peuplier de 60 cm de diamètre en quelques minutes. D’autres plus petites pour récupérer le bois des haies (100 m de haies exploités tous les 10 ans suffisent pour chauffer une maison de 100M²).

        Le bois vert mis en tas sèche naturellement en 4 à 6 mois sans apport d’énergie extérieure. (Certains ont pu en voir un énorme tas en empruntant la route de Boulogne à hauteur du village d’Escoeuilles, exploité par les Ets Fichaux).

        Pourquoi avoir choisi le bois ?

·         Pour son bilan carbone quasi neutre (seuls le fuel consommé pour le broyage et le transport sont polluants). Préservation de l’environnement (lutte contre le réchauffement climatique).

·         C’est une énergie renouvelable de la région - des plantations de TTCR (taillis à très courte rotation) - idéale pour traiter les zones humides et les effluents de station d’épuration. On trouve également  du Miscanthus (genre de bambou à croissance rapide). On contribue ainsi à la gestion dynamique du patrimoine forestier et bocager.

·         Par rapport au fuel, l’économie réalisée approche les 50 %, elle est d’un tiers par rapport au gaz.

·         C’est en outre une énergie qui permet de créer des emplois localement (3 à 4 fois plus que pour l’utilisation d’énergie fossile).

·         Elle offre la possibilité de diversifier l’activité agricole.

·         Cette énergie offre en outre la possibilité d’adjoindre un réseau de chaleur  pour chauffer tous les bâtiments communaux.

On constate une hausse générale du prix des énergies depuis 1999. En particulier une hausse très importante du fuel, du propane et du gaz naturel depuis 2004.

Le coût de l’électricité reste plus stable mais nettement supérieur aux autres énergies.

            Même si le bois connaît une petite hausse, son coût au KWH est le plus avantageux.

      A titre de comparaison :  prix de 2009

 - Lorsque l'on consomme 10€85 d'électricité, il en coûte 10€61 de gaz propane, 6€38 de fioul, 4€20 de blé, 4€13 de granule de bois et 3€30 de plaquettes.

 - Pour 1000kwh, il faut 1M3 de plaquettes soit 30€  ou 100l de fioul soit 75€ ou encore 78 kg de propane soit 106€ (tarifs de janvier 2011).

 

            Grâce aux subventions de l’ADEME, de la Région et du Département, le retour sur investissement sera relativement rapide.

Roquetoire est l’une des premières communes du Pas-de-Calais  à s’équiper (après Reclinghem). Aujourd’hui Norrent-Fontes, Arques et Anvin semblent se lancer dans la filière.